Liens éthiques

“Chaque voyage est une partition d’une oeuvre, où la rencontre et le partage font la musique” , Rosario Boscacci 

 

Capture d’écran 2016-01-20 à 23.43.37    est le distributeur exclusif pour la Suisse des fruits Bull & Stein de l’artiste brésilienne Lisa Pappon, un clin d’oeil à l’art universel qui, depuis des siècles permet à l’homme de transformer les cadeaux de la nature et de créer des objets à sa propre image; avec imagination et créativité, l’homme a sculpté des vases, il a décoré ses Temples et ses Eglises avec des statues de bronze et utilisé d’autres objets pour séduire. Depuis les rives du Tigres et du Nil au travers de la Chine et des Indes, ce savoir-faire permet aujourd’hui aux artistes de créer des merveilles avec leurs mains.

Du « fruit défendu » d’Adam et Eve, à la célèbre citation de Churchill « an apple a day keeps the doctor away », en passant par les surnoms urbains de New York, Harlem « The Big Apple », Manhattan la « petite pomme », Minneapolis la « mini-pomme », Toronto la « grosse pomme du Canada ». Aussi l’empoisonnement de Blanche Neige, le « corporate » de la musique des Beattles et le pari victorieux de Guillaume Tell pour la Suisse, les représentations de la pomme sont infinies et évoquent l’éventail des sentiments du monde.

Attica Art est née en 2012 pour diversifier le processus de récolte de fonds: en achetant les fruits en céramique et porcelaine faits à la main, les amateurs d’art contemporaine financent directement les projets humanitaires d’AClem avec les bénéfices récoltés. Parmi les fidèles partenaires éthiques soutenant la fondation AClem depuis la création d’ Attica Art, on trouve le Beau Rivage Palace où l’on peut admirer, à différents endroits, les fruits en sculpture: au Bar anglais, au restaurant Pic, sur la terrasse et à la boutique.

Parce qu’aider les 150 orphelins de « Little Angels » en Ouganda et la soixantaine d’enfants vivant au Myanmar à se nourrir, à étudier et à se soigner, est un moyen puissant de trouver son fond d’humanité. A titre d’exemple, la vente d’une pomme de type « Extra » en porcelaine (Ø30cm) finance une année de vie (250.- ) à l’un des enfants de la fondation.

Avec Attica Art, Laura et Rosario choisissent de trouver ce lieu secret où nous sommes tous encore des enfants insouciants. Le regard sur « une pomme géante » sur un rond-point urbain au milieu de la circulation (EPFL, Rolex Center Lausanne), la joie d’être en face de la couleur en plein centre d’une esplanade urbaine (Flon, Lausanne, 2013), la vivacité innée d’admirer des fruits en sculptures dans des palaces luxueux, la plénitude d’être ce qu’on est et de rester neuf.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn